Antoine Loisel

Les 42 citations de Antoine Loisel :

Il n'est si bel acquêt que de don.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui tire à garant, et garant n'a, sa cause perdue a.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Les injures faites aux femmes se punissent au double.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Le juge fait l'homme.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui fait la faute, il la boit.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

En grande pauvreté n'y a pas grande loyauté.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Le titre ne fait pas le maître.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Un seul œil a plus de crédit, que deux oreilles n'ont d'audivi.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui mieux abreuve, mieux preuve.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Tout possesseur de bonne foi fait les fruits siens.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Ancienneté a autorité.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Force n'est pas droit.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Une dette n'empêche point l'autre.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

C'est assez de payer une fois ses dettes.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Le bon payeur est de bourse d'autrui seigneur.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui répond, il doit.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui veut bien juger écoute partie.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Au coucher gagne la femme son douaire.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Vendage passe louage.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Sage est le juge qui écoute et tard juge.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Mieux vaut un tiens que deux tu l'auras.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui tôt juge et qui n'entend, faire ne peut bon jugement.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Qui doit, il a le tort.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

Longueur de temps n'éteint noblesse ni franchise.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)

À face hardie, une preuve ne nuit.
Antoine Loisel ; Institutes coutumières (1607)